J'ai emprunté dans une bibliothèque "Terre Sauvage" de mars 2005 (1). L'édito intitulé "la valeur et le prix" revenait (peut être un peu maladroitement) sur les incohérences des calculs de la richesse des nations. En effet, la richesse (et donc la croissance de la richesse) est obtenu par le calcul du PIB (produit intérieur brut), c'est à dire la somme des valeurs ajoutés du pays en un an.

Comme le constate Jean-Jacques Fesko, le redacteur en chef, creuser un trou augmente le PIB, le reboucher ne retire pas de la valeur mais en ajoute. Mais y a-t-il gain de valeur à la fin pour l'humanité ? Non. Puisqu'on est revenu -presque- au point de départ : une surface plane. C'est le "presque" qui pose problème. Comment croire que retourner de la terre n'a pas d'effet ? Toute opération peut avoir un coût autre qu'économique.

Les exemples qu'il prend sont les suivants : le séisme/raz de marée asiatique, le projet de barrage pharaonique de la vallée Sabor au Portugal et la survie du lynx dans le Rhône-Alpe.

Dans tous les cas, il y a croissance économique mais désastre écologique. Les gains en croissance ne peuvent compenser les pertes en bio-diversité et destruction.

Ce problème du calcul de la -richesse- et de la -croissance- sont connues et reconnues depuis bien longtemps. N'étons-nous pas de toute façon dans un monde dominé par le Capital, autrement dit l'argent (le capitalisme) ? Que vient faire la nature, le réel, dans ce monde dominé par le virtuel, la monnaie ?

Il existe évidement d'autres indicateurs intégrant d'autres éléments, comme par exemple le niveau d'éducation (indicateur du PMUD). Mais comment intégrer la perte natuelle ? Il faudrait commencer par attribuer une valeur à la nature et évaluer les gains et les pertes sur l'année. En un mot : impossible (et impensable) !

Il reste néanmoins que le problème est connu depuis bien longtemps par les économistes libéraux (ceux de la pensée unique). Prenons l'exemple de l'industrie du papier, industrie fortement polluante. Cette entreprise a besoin d'eau, elle est donc située au bord d'un ruisseau. Ce ruisseau alimente également une exploitation agricole. Du fait de la pollution, l'exploitant agricole observe une baisse de rendement et doit assainir l'eau avant de l'utiliser.

Dans cette exemple simpliste, nous pouvons voir que la pollution de l'industrie du papier à des répercution (ben oui uniquement économique ! Il ne faut pas déconner non plus !) sur son environnement. L'entreprise aura intérêt à ne pas polluer si les pertes induits par sa pollution sont supérieurs au coût de dépollution des eaux usagées (nous revoilà avec la fameuse théorie ... des jeux, le respect de l'environnement étant une solution possible et non une évidence). Il est donc important de bien quantifier (économiquement toujours) les conséquences de la pollution et de faire payer le prix à l'entreprise.

Cette théorie semble pourtant inapplicable directement, ils ont donc imaginés un monde où l'Homme aurait des droits sur la nature. Ces droits à détruire (ou polluer comme ils disent pudiquement) sont divisés entre les entreprises (hu?) en part. Si une entreprise ne remplit pas son quota, elle pourra acheter les excédents de non-pollution d'une entreprise plus seine (c'est d'ailleurs mis en place actuellement en angleterre avec salle de marché (dont une détenu par ... GDF ...) et tout). Pour en savoir plus, voir (2) et (3).

Les théories -écologistes- sont nombreuses. D'autres privilégies la réglementation (comme l'accord de Kyoto rejeté par les États-Unis pour ce motif, il préférerait une approche plus libérale avec droit de vendre et d'acheter entre zone comme vu précédement).

Pour ma part, je pense que toute activité humaine devrait prévoir, dans ces coûts, le recyclage, le réaménagement et la protection des espèces. Plus le produit est dangereux, difficile à recycler et dévastateur, plus il devra être chère. Aucun passe droit (ou quota) ne doit être accordé. Ainsi le produit moins néfaste serait moins chère. Vaste programme ...

  1. http://www.terre-sauvage.com/ts/index_contenu_annees.php?mois=03&annee=2005
  2. http://squewel.blogspot.com/2005/02/leurope-lance-une-bourse-du-droit.html
  3. http://www.mediaterre.org/europe/actu,20050719171934.html