Samedi, dans l'émission "On n'est pas couché", une rapide discussion a eu lieu autour du projet de loi HADOPI (lien dailymotion).

J'ai écris à quelques-un des participants du (non-)débat (je n'ai pas trouvé tous les courriels).

Voici mon courriel destiné à Eric Zemmour :

Bonjour,

Autant, j'écoute vos interventions avec intérêt (même si parfois je ne suis pas d'accord avec vous), j'aime votre cohérence et le fait de ne pas hésiter à dire votre pensée.

Autant, samedi soir dans l'émission "on est pas couché" j'ai trouvé plus que décevant votre intervention sur le projet de loi HADOPI.

Résumer les opposants au projet de loi ainsi :

"c'est une grande démagogie que de vouloir, que de dire que tout est gratuit et etc..."

est quelque peu ... réducteur.

Je ne nie pas que ce discours existe chez certains opposants, mais beaucoup s'intéressent plutôt au fond du sujet.

Voici ce que je reproche au projet de loi :

Que vise le projet de loi HADOPI ? Je laisse parler Madame la Ministre :

« La loi crée un nouveau délit, le manquement à l'obligation de surveillance, assorti d'un délai de prescription de six mois. Ce n'est pas la même chose que le délit de contrefaçon, qui correspond à des faits différents et est régi par la loi DADVSI. » (1)

Qu'est ce qu'est "le manquement à l'obligation de surveillance" ? Le fait de ne pas avoir installer un logiciel labellisé par la haute autorité HADOPI.

Qu'est que c'est que ce logiciel labellisé ? On en sait rien puisqu'il sera définit par décret et suivant un cahier des charges de l'HADOPI. Tout ce qu'on sait, c'est que le logiciel sera un logiciel payant et du type espion :

« Sur le fait que l'on pourrait désactiver le logiciel de sécurisation, le propre de ce type de logiciel est d'être en lien direct avec le fournisseur d'accès à Internet, qui en garderait la trace. » (2)

Au temps du projet DADVSI, on cherchait à faire croire que la technologie permettra de résoudre le problème du téléchargement illégal (avec les verrous numériques). Aujourd'hui, avec l'HADOPI c'est le même discours (avec un logiciel payant de filtrage et d'espionage).

Le problème c'est que la technologie contournera la technologie.

Ce projet de loi ne rapportera aucun centime à la création, tout comme DADVSI (sauf évidement aux fournisseurs de solution labellisé). Sauf qu'au passage, on incite ou oblige (dans certaine condition) l'installation d'un logiciel espion.

Soutenir ce projet de loi c'est faire perdre du temps pour tout le monde.

Merci de m'avoir lu.

Cordialement.

GnunuX

1- http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2008-2009/20090209.asp 2- http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2008-2009/20090214.asp

Voici la réponse que j'en ai obtenu (les sauts à la ligne sont de moi) :

Je vous avoue que je maitrise mal ce sujet fort technique, et qu'on m'a expliqué que la technologie permettait en effet de régler la question. Je déteste par ailleurs la démagogie du <tout gratuit>. Merci d'avoir pris le temps de m'éclairer.

Amitiés.

Eric.

Bien, c'est beau la foi en la technologie.

En tout cas, il a eu l'amabilité de me répondre et c'est déjà un bon point ! Merci à lui.